CAS CLINIQUE 1 : Soit « EASY » une femelle Bulldog Anglais âgée de 3 ans, présentée à la clinique vers son 8ème jour de chaleurs en vue d’une mise à la reproduction.

Le choix du mâle est déjà établi : il s’agit d’Edgar, un Bulldog Anglais âgé de 3 ans également suivi à la clinique.

 

PREMIÈRE VISITE

Lors de la première consultation, nous prenons le temps de bien recueillir les commémoratifs et les souhaits des propriétaires. Nous précisons qu’il s’agit d’une race prédisposée aux dystocies (environ 80%), nous proposons donc la césarienne programmée, qui est acceptée par les propriétaires. La race ayant également des difficultés lors de l’accouplement, l’insémination artificielle sera préférée à la saillie naturelle.

Pour déterminer la date de l’intervention, il est nécessaire de connaître avec précision la date de l’ovulation, lors du suivi de chaleurs, qui sera établie grâce au dosage de la progestéronémie. Les dosages seront réalisés dans un laboratoire d’analyses choisi au préalable.

 

• L’examen clinique de la chienne est normal.
• Le frottis sanguin coloré au RAL 5/5/5 correspond à un frottis d’oestrus.
• La progestéronémie est inférieure à 0,15 ng/ml donc basale.
• La visite suivante est donc fixée 3 jours plus tard.

 

DEUXIÈME VISITE 

La progestéronémie est de 3,98 ng/ml. Sachant que le pic de LH se situe aux alentours de 2 ng/ml, que l’ovulation se situe 48h après pour des dosages compris entre 5 et 11 ng/ml en moyenne suivant les laboratoires, nous situons assez précisément l’ovulation au lendemain de la deuxième visite.

A partir de cette date nous déterminons :
• La date de l’insémination, qui est fixée à 48h après l’ovulation afin de respecter le temps de maturation des ovocytes.
• RM : Pour un protocole en 2 inséminations nous aurions fixé 24h et 72h après l’ovulation.
• La date de la césarienne et de la visite préopératoire qui est déterminée par le temps  moyen de gestation chez la chienne qui est de 61 à 63 jours post-ovulation. La visite préopératoire est fixée à 61 jours post-ovulation et la césarienne à 62 jours.
• RM : Il aurait été tout à fait possible d’avancer de 24h le protocole.

INSÉMINATION ARTIFICIELLE 

Le prélèvement de semence est réalisé par taxis avec séparation des 3 phases : pré-sperme, sperme et phase prostatique. Il est intéressant de séparer les 3 phases afin d’obtenir une semence le plus concentrée possible et de s’assurer du bon fonctionnement prostatique.

Pour l’insémination, les phases 2 et 3 sont mélangées pour obtenir un volume inséminant de 3 ml. Avant insémination, la mobilité de la semence est objectivée au microscope : elle est de 90%.
L’insémination est réalisée à l’aide d’un spéculum allongé et d’une sonde norvégienne stérilisée au préalable. La femelle est ensuite maintenue postérieurs surélevés pendant 10 minutes.

Un contrôle de la progestéronémie est réalisé ce jour afin de s’assurer que l’ovulation a bien été dépassée. La progestérone est dosée à 32,87 ng/ml ce qui est parfait à ce stade.

 

Diagnostic de gestation
L’échographie, réalisée 25 jours après l’ovulation, montre au moins 3 ampoules fœtales normales.

 

VISITE PRÉ-CÉSARIENNE 

La visite doit être prévue 8h à 14h avant l’heure prévue pour l’intervention.

Une échographie est réalisée afin de contrôler la viabilité des chiots. L’ensemble des foeti est contrôlé avec des fréquences cardiaques allant de 160 à 200 bpm ce qui est parfaitement normal.
On suspecte une anomalie sur un chiot qui semble avoir de l’œdème sous cutané ainsi qu’une malposition cardiaque. L’échographie ne permet pas un comptage précis surtout à ce stade, mais au moins 5 ampoules sont visualisées ce jour.

La femelle reçoit une injection SC d’Aglépristone (ALIZINE®) à 15 mg/kg. L’Aglépristone va permettre d’obtenir une chute rapide de la progestéronémie vers des valeurs physiologiques de la mise-bas (< 2 ng/ml). Certaines études affirment que la chute du taux de progestérone sanguine est déterminante pour la synthèse du surfactant chez les chiots.

 

CÉSARIENNE 

Protocole anesthésique :
• La chienne est tondue vigile, reçoit les premiers nettoyages chirurgicaux à la chlorexidine. Une préoxygénation au masque est effectuée en parallèle.
• De la Lidocaïne (LUROCAÏNE®) est utilisée pour une anesthésie locale traçante sur la ligne blanche.
• Un cathéter intraveineux est mis en place et le bloc chirurgical est préparé afin que la sortie des chiots soit effectuée le plus rapidement possible.
• L’animal reçoit une injection IV de Céfalexine (RILEXINE®) à la posologie de 30 mg/kg.
• L’induction se fait à l’aide d’Alfaxolone (ALFAXAN®) IV à la posologie de 2 mg/kg.
• L’intubation et les derniers lavages chirurgicaux sont effectués rapidement. Le relai gazeux à l’Isoflurane est appliqué à faible débit (1% en moyenne).
• Une fluidothérapie IV (Ringer Lactate) est mise en place. De la Buprénorphine (BUPRECARE®) est injectée en IV lente à 20 µg/kg immédiatement après sortie des chiots et le débit du gaz anesthésique et de la perfusion augmentés ci-besoin.
• RM : L’intervention chirurgicale ne sera pas détaillée ici.

SOINS AUX NOUVEAUX-NÉS

La première étape et la plus cruciale consiste à dégager les voies respiratoires. Pour cela, il est intéressant d’utiliser des «mouche-bébé» et un linge propre pour essuyer les mucosités. Selon le niveau de réveil des chiots il faudra les stimuler en les frictionnant et en les maintenant au chaud. Dans notre cas, le protocole et la rapidité chirurgicale ont permis d’avoir des chiots bien réveillés. La seconde étape consiste à ligaturer le cordon ombilical (à environ 1-1,5 cm de l’ombilic) et séparer le chiot des annexes. Les chiots sont ensuite placés dans un carton aménagé avec linge propre et bouillottes.

Dans notre cas, la césarienne a permis de sortir 7 chiots vivants et 1 chiot anasarque mort-né. Les anasarques sont des chiots anormaux fréquemment retrouvés chez le Bulldog, et leur présence in-utéro augmente considérablement le risque de dystocie.

Une fois l’intervention terminée, les chiots sont placés à la mamelle afin qu’ils ingèrent rapidement le colostrum.
SUIVI POST-OPÉRATOIRE

Suivi de la femelle :
L’animal sortira sous WOMBYL® (1 ampoule par jour pendant 6 jours), Amoxicilline (AMOXIVAL®, 1 prise matin et soir 7 jours), et N-Acétyl-cystéine (MUCOMYST®, 1 sachet matin et soir 5 jours), car elle présente quelques pertes vulvaires et des difficultés respiratoires liées à la présence de mucosités trachéales.
La respiration se stabilise en quelques jours et les pertes vulvaires diminuent progressivement.
L’instinct maternel se met en place au 2ème jour après l’intervention mais reste tout de même peu marqué ce qui est fréquent chez les femelles Bulldogs. Les propriétaires assurent donc en permanence le contrôle des tétées.
Un contrôle de plaie est effectué à 1 semaine et le retrait des fils à 14 jours après l’intervention.

Suivi des chiots :
Un des chiots décèdera quelques jours après naissance. La cause ne sera pas établie.
Les 6 chiots sont contrôlés une fois par semaine jusqu’à 5 semaines.
A retenir :
Le Bulldog Anglais est une race qui se reproduit dans 80% des cas de manière assistée.
Les études ont montré que la césarienne programmée avec datation de l’ovulation et utilisation d’Aglépristone aboutit à presque 100% de réussite sur la viabilité des chiots.

ANNEXES

Frottis d’oestrus au RAL

Ampoule fœtale 25 jours

Leave a reply